Archives de catégorie : Les fraisiers

Les fraisiers

Les fraisiers

Un peu de botanique et d’histoire des fraisiers

De la famille des rosacées, comme les pommiers, pruniers, cerisiers ainsi que les rosiers … le fraisier affiche quelques curiosités … A côté des arbrisseaux et arbustes du nombre des rosacées, le fraisier est une plante vivace tendant à se lignifier et hésitant entre ciel et terre. Ses fleurs présentant une corolle à cinq pétales blancs ou rosés et un calice à cinq sépales le lie irrémédiablement à la famille des rosacées.

Après sa fécondation, les pétales et étamines tombent, une partie du réceptacle (partie portant toutes les partie de la fleur) gonfle et devient charnu. C’est la fraise, mais pas le fruit! … car en effet, les fruits sont les akènes disposés sur la fraise; fraise que l’on prend faussement pour un fruit!

La fraise n’est donc pas un fruit … ni d’un point de vue botanique, ni d’un point de vue cultural; le fraisier est cultivé depuis la fin du Moyen Age comme un légume, hé oui!

Ni les grecs ni les romains ne cultivèrent le fraisier même si ces derniers les utilisaient en masques de beauté. Les fraisiers (car il faut tout de même savoir qu’il en existe maintenant plus de 600 variétés!) sont cultivés couramment dès le XVI ème siècle dans le nord de la France; un peu plus tôt dans le Midi et en Angleterre.

Dès le XVI siècle donc, des fraisiers canadiens arrivent en France sur les bateaux de Jacques Cartier. A partir de 1629, le fraisier de Virginie – Fragaria virginiana- arrive dans les jardins anglais. Ces fraisiers ont un goût plus musqué et plus fort.

François-Amédée Frézier, de retour en 1714 d’un voyage au Chili, revient avec cinq plants de fraisiers domestiqués par les araucans puis par les espagnols. Il s’agit de Fragaria chiloense dont les grandes fleurs pourtant prometteuses et donnant au Chili des fruits de la grosseur d’une noix se refusèrent le plus souvent à donner des fruits! Attribué ou non à Frézier, le fraisier du Chili est cultivé dès 1750 en Bretagne, mélangé avec des espèces pollinisatrices. Des hybridations fortuites avec le fraisier de Virginie donneront naissance au fraisier actuel connu sous le nom de fraisier ananas -Fragaria x ananassa- avec ses premiers cultivars ‘Ananas’, ‘Victoria’, ‘Troloppe’ et ‘Rubis’ entre autres, dont la culture est reconnue dès 1762. Les amateurs de fraises doivent donc beaucoup au capitaine Frézier. Mais si son nom passa à la postérité, ce fut grâce au nom de « pomme de terre » que ce Monsieur donna à la patate sud-américaine introduite en Europe dès 1588 par Charles de l’Ecluse, et non pour son travail sur les fraisiers!

… la suite

Antoine Nicolas Duchesne collectionne les fraisiers à Versailles et compose en 1766 les textes et dessins d’une « Histoire naturelle des fraisiers », repris en 1768 par Duhamel de Monceau dans son « Traité des arbres fruitiers ».

 Ci-dessous, une liste de différentes espèces et variétés (celles qui sont en gras sont disponibles dans notre jardinnerie):

  • Fragaria alpina, (F.vesca)
  • Fragaria chiloense, résiste aux maladies, espèce octoploïde du Chili méridional à l’Alaska, Amérique du Sud
  • Fragaria collina, (F.viridis) fraisier vert, breslingue, fraisier-pilon, fraise-marteau, Europe
  • Fragaria efflagellis, fraisier-buisson sans stolons, Europe
  • Fragaria elatior, (F.moschata) ‘Belle de Bordeau’, ‘Belle bordelaise’, ‘Belle de Pessac’
  • Fragaria minor, fraise vineuse, fraisier étoilé, craquelin, vineuse de Châlons, majaufe de Bargemont (Provence), majaufe de Champagne, Europe
  • Fragaria monophylla, fraise de versailles à feuilles simples et obtenue par Duschene à partir d’un semis de F.vesca, Europe
  • Fragaria moschata, fraisier capron, caparronier, fraise-framboise, fraise-abricot, espèce hexaploïde Europe centrale et orientale
  • Fragaria semperflorens, fraisier des 4 saisons, des alpes, de tous les mois, d’Ecosse, Europe
  • Fragaria vesca, fraisier des bois, espèce diploïde, Europe
  • Fragaria vescana, nouvelle espèce décaploïde, hybrides de F. vesca x F. x ananassa, en recherche depuis les années 1980-1990
  • Fragaria virginiana, fraisier de Virginie, résiste à la chaleur et aux sécheresses, espèce octoploïde Amérique septentrionale
  • Fragaria viridis, espèce diploïde et sauvage d’Europe, Caucase, Sibérie décrite dès 1588 en Forêt Noire; petits fruits ovoïdes
  • Fragaria x ananassa, espèce hybrides de F. chiloense x F. virginiana dès 1750 dont dépendent toutes les variétés à gros fruits de nos jardins.

Quelques cultivars:

  • le ‘Gaillon’ (1811) et ‘Gaillon à fruits blancs’ (1818), deux variétés de F. vesca remontants et sans stolons
  • la ‘Marmotte’, obtenue en 1860 par semis d’akènes à Saint-Geniez-d’Olt en Aveyron
  • la ‘France’ obtenue en 1885 par Lapierre
  • la ‘Saint-Joseph’, première variété de fraisier remontant à gros fruits obtenu en 1883 par l’abbé Thivollet

à gros fruits et non remontants:

  • la ‘Vicomtesse Héricart de Thury’ obtenue par M. Graindorge en 1845. Elle sera remplacée par ‘Reine des précoces’
  • la ‘Royal Sovereign’ créé par M.Laxton en Angleterre
  • la ‘Madame Moutot’ obtenue par Charles Moutot en 1906 par un croisement entre ‘Docteur Morère’ x ‘Royal Sovereign’, elle sera aussi nommée ‘Tomate’ ou ‘Chaperon rouge’
  • la ‘Surprises des Halles’ obtenue par M. Guyot en 1929. La première fraise de l’année.
  • la ‘Ville de Paris’, résultat en 1929 d’un croisement entre F.moschata x ‘Princesse Dagmar’ à l’initiative de R. Chapron
  • les ‘Cambridge Favourite’ et ‘Redgauntlet’, mi-hâtives proviennent de recherches anglaises des années 1960 à 1980
  • la ‘Guariguette’, obtention de Georgette Risser de l’INRA dès 1977; production précoce pour climat doux
  • la ‘Elsanta’, en France dès 1984 et provenant des Pays-Bas
  • la ‘Gorella’ provenant des Pays-Bas
  • la ‘Pajaro’, obtention californienne et inscrite en France dès 1984
  • les ‘Darselect’, ‘Darsival’, ‘Darsidor’, ‘Darline’, etc, obtentions des pépinières Darbonne à Milly-la-Forêt
  • la ‘Chandler’, obtention californienne et inscrite en France dès 1987
  • les ‘Addie’ précoce et ‘Cesena’ mi-hâtive proviennent d’obtentions italiennes
  • les ‘Fantastica’ et ‘Delecta’ sont des créations de Delbard
  • les ‘Ciflorette’, ‘Cigaline’, ‘Ciloé’, ‘Cigoulette’ et ‘Cireine’ sont obtenues par le CIREF
  • les ‘Marquise’, ‘Maraline’, ‘Marascore’ sont obtenues par les pépinières Marionnet

à gros fruits et remontants:

  • la ‘Sans Rivale’, obtenue par R.Chapron en 1937 par un croisement entre ‘Général de Castelnau’ x ‘Madame Raymond Poincarré’
  • la ‘Talismann’, obtention anglaise des années 50
  • la ‘Mara des Bois’, résultat d’une quinzaine d’année de recherche de 1980 à 1995 obtenue par la famille Marionnet en Loir-et-Cher. Cette variété fait l’unanimité pour les jardins familiaux
  • la ‘Gento’, obtention allemande, grande classique des jardins
  • la ‘Cirano’ obtention du CIREF en Dordogne en 1992 et en parenté avec ‘Mara des Bois’ croisée avec ‘Muir’

à petits fruits remontants (des quatre saisons):

  • la ‘Belle de Meaux’ à fruits ovoïdes et presque noirs
  • la ‘Gaillon’ et ‘Gaillon à fruits blancs
  • la ‘Gaillon améliorée’ à fruits moyens à gros et plus allongé que ‘Gaillon’
  • la ‘Monstrueuse caennaise’
  • la ‘Baron Solemacher’

Conseils de culture:

Le fraisier s’accomode de la plupart des sols à condition qu’ils soient perméables. Le sol idéal est meuble, profond, riche et a un pH s’approchant de 6. L’exposition idéale est au soleil et jusqu’à une altitude de 1000m.

Le choix des variétés devrait se faire à l’aide d’un spécialiste car en fonction de l’altitude et/ou du lieu, les choix devraient se faire en connaissance des besoins, lieux de culture, saison souhaitée de récolte.

 

Et pour finir ….

… un joli quatrain attribué à Bonnefons en 1587!

‘Au bout de chaque téton

Rougit un petit bouton

Qui paroist sur la mamelle

Comme la fraize nouvelle.’

 

En language amoureux, « aller aux fraises » est donc sans équivoque; les fraises surprises dans un décolleté profond sont parmis les plus douces à cueillir. D’avril à septembre, la période est belle qui invite à « aller aux fraises », c’est-à-dire à « aller dans les bois en galante compagnie ».

Sources: « la fraise » des chroniques du potager chez Actes Sud